Intranet

Génome et sélection (GS)

Description de l'équipe

Date de mise à jour : 24 août 2016

L’équipe Génome et Sélection développe des recherches en amont ou en lien direct avec l'amélioration génétique de cinq plantes agro-industrielles (cacao, café, coton, hévéa, palmier à huile) et d’arbres forestiers de plantation en zones tropicale et méditerranéenne (genres Eucalyptus, Pinus, Acacia, Tectona), en s'intéressant à l’adaptation aux contraintes environnementales et sociales, aux attentes des marchés, et à l'optimisation des méthodes de sélection.

Contexte et enjeux

La génétique et génomique sont au cœur de l’activité de l’équipe en appui à l’amélioration génétique de ces plantes qui ont une importance considérable tant pour les petits et que pour les grands planteurs. Nos recherches concernent, outre la production par unité de surface, la résistance aux maladies et aux ravageurs, le progrès de la qualité, l’adaptation aux contraintes industrielles, l’adaptation génétique aux contraintes agronomiques incluant le changement climatique. La stratégie de recherche s’appuie sur de forts partenariats dans les pays de culture et sur l’intégration de différentes approches génétiques, génomiques ou plus largement multidisciplinaires pour la détection de gènes d'intérêt, la caractérisation et mise en valeur des ressources génétiques, et la sélection génomique. L’utilisation des nouveaux outils moléculaires, bio-informatiques et de modélisation représente un atout majeur pour optimiser les stratégies d'innovation variétale, en mobilisant les données en croissance exponentielle sur les génomes de ces cultures et sur les plantes modèles. 

Objectifs

  • Comprendre les bases génétiques et moléculaires des caractères de sélection d’un intérêt majeur pour la culture d’espèces tropicales pérennes (cacaoyer, café, cotonnier, hévéa, palmier à huile) et d’arbres forestiers de plantation (Eucalyptus, Pinus, Acacia, Tectona).
  • Mettre en œuvre la sélection assistée par marqueurs (SAM) pour ces caractères en collaboration avec les sélectionneurs.
  • Optimiser l’exploitation des ressources génétiques.

Activités de recherche

  • Qualités aromatiques du cacao et construction d’une résistance durable aux maladies.
  • Qualités de production et tolérance aux aléas biotiques et abiotiques du caféier.
  • Bases  génétiques de la qualité de la fibre et de la résistance aux stress abiotiques du cotonnier.
  • Rendement en latex et résistances aux stress biotiques de l’hévéa.
  • Bases génétiques et moléculaires des caractères de production, de la qualité de l’huile de palme et de la résistance aux maladies chez le palmier à huile.
  • Qualité du bois et adaptation aux stress abiotiques d’espèces forestières de plantation.

En perspectives, nos activités visent à proposer des solutions pour une exploitation du matériel végétal dans des systèmes de culture innovants à la fois performants et respectueux de l’environnement. Elles seront conduites dans le contexte plus large de l’agro-écologie visant une exploitation écoresponsable au travers de systèmes agro-forestiers, en combinant approches génétique et génomique à celles de l’agronomie et de l’écophysiologie dans l’étude des processus d’interaction de la plante avec son environnement et de son adaptation aux stress abiotiques et au climat changeant.

Par ailleurs, l’équipe évalue l’opportunité d’élargir les études sur espèces forestières à des espèces indigènes utiles pour la restauration de milieux forestiers dégradés, dans le contexte des efforts initiés par les Nations Unies (UN declaration on forests, New York 2014 ; COP21, Paris 2015, etc.), pour lutter contre le changement climatique et pour fixer le CO2. L’utilisation d’espèces indigènes permet dans ce cas de répondre aux défis de fixation et de production pour la filière bois, tout en protégeant la biodiversité locale des espèces principales ainsi que des organismes biologiques associés. Les cibles visées par l’équipe sont aussi la compréhension et l’exploitation de la diversité naturelle pour améliorer le rendement et la qualité du bois via l’adaptation du matériel de plantation à des situations de stress abiotique (contraintes hydriques principalement).

Date de mise à jour : 24 août 2016

Cookies de suivi acceptés